*Livraison offerte dès 100€ d'achat !
Chargement en cours...

Truffe noire, truffe blanche : quelles différences ?

Objet de convoitise et symbole de la haute gastronomie à travers le monde, la truffe est sans conteste une reine au royaume des champignons. Il en existe plus d’une centaine d’espèces, parmi lesquelles certaines motivent des quêtes acharnées depuis l’Antiquité. Pour fructifier, la truffe entre en symbiose avec l’arbre : en quelques mots, le mycélium du champignon fusionne avec les racines de l’arbre, ce qui permet aux deux organismes d’échanger des nutriments favorables à leur développement respectif. Ce phénomène est appelé mycorhize.

 

Dans le langage courant, on distingue les truffes noires des truffes blanches, souvent sans savoir ce qui les sépare réellement. Si vous vous questionnez sur les différences entre truffe noire et truffe blanche, vous serez peut-être surpris d’apprendre que le milieu de la trufficulture ne raisonne pas en termes de truffe noire ou blanche mais en termes de variétés de truffes. Cette subtilité s’explique par le fait qu’il existe plusieurs variétés comestibles de truffes noires et plusieurs variétés de truffe blanche : chacune de ces espèces, quelle que soit sa couleur, possède ses propres particularités qui la distingue significativement des autres espèces de même couleur.

 

Parmi le grand nombre d’espèces de truffes existantes, seulement 6 d’entre elles sont disponibles sur le marché, dont une extrêmement rare et recherchée.

Les truffes noires

La truffe noire du Périgord

De son nom scientifique tuber melanosporum, la truffe noire du Périgord arbore une couleur brun foncé et représente 83 % de la production française de truffes. Contrairement à ce que son nom laisse penser, cette espèce de truffe gastronomique peut être trouvée dans plusieurs régions du sud-est de la France, mais aussi en Espagne, en Italie et même en Croatie. Elle fructifie sur les sols calcaires en présence de climats chauds et arrive à maturité entre novembre et mars. Très recherchée pour ses puissantes saveurs, elle est généralement mise à l’honneur dans le foie gras, les pâtes ou le risotto, idéalement râpée.

La truffe musquée

Nichée dans les mêmes contrées et récoltée à la même période que sa cousine tuber melanosporum, la truffe musquée (tuber brumale) est considérée comme une truffe noire noble. La truffe musquée et la truffe noire du Périgord sont d’ailleurs les deux seules à ouvrir le droit à l’appellation “truffé” sur un produit. Elle est connue, comme son nom l’indique, pour son parfum très intense et ses notes de sous-bois qui se marient à merveille aux plats hivernaux.

La truffe de Lorraine

La truffe de Lorraine, ou tuber mesentricum, est une variété très prisée des gourmets. Sa forme et sa chair veinée ne sont d’ailleurs pas sans rappeler celles de la truffe de Bourgogne. La truffe de Lorraine élit domicile dans la Meuse, où elle profite du climat continental et des forêts luxuriantes du département. L’arrivée précoce de l’hiver permet à ce champignon d’arriver à maturité relativement tôt par rapport à d’autres espèces, puisque sa récolte se déroule généralement entre mi-septembre à fin décembre. Son parfum corsé de réglisse et sa légère amertume la rendent particulièrement intéressante pour accompagner les poissons frais et crustacés et entre volontiers dans la composition d’un beurre ou d’un fromage truffé.

Les truffes blanches

La truffe blanche d’Italie

La truffe blanche d’Italie, ou truffe d’Alba (tuber magnatum pico), est la plus convoitée et la plus rare de toutes les espèces de truffes. Selon les spécialistes, son goût profond et grisant serait même incomparable à celui de ses congénères. Les chanceux qui auront l’opportunité de la déguster pourront la trouver dans une recette de risotto ou dans une huile d’olive, toujours à l’état cru dans lequel elle révèle toutes ses qualités.

On la trouve de septembre à décembre dans la région frontalière du Piémont, où elle est cavée et vendue à prix d’or. On estime que son prix au kilo oscille entre 5000 et 7000 €. En 2018, lors d’une vente aux enchères organisée à Alba, une truffe blanche de 850 grammes a été adjugée 85 000 €, soit 100 euros le gramme.

La truffe blanche d’été

La truffe blanche d’été ou truffe Mayenque (tuber aestivum) peut être trouvée dans de nombreuses zones de France et d’Italie. Moins coûteuse que les autres espèces, elle peut être achetée pour environ 250 € / kg. Son goût est moins prononcé que celui des autres truffes, et révèle des notes de rave, de noisette et de champignon sauvage. Elle se distingue de ses congénères par sa période de fructification située entre juin et septembre, d’où son surnom de truffe d’été. Si la tuber aestivum est moins prisée que la truffe blanche d’Italie ou la truffe noire du Périgord, elle reste toutefois un produit raffiné et savoureux qui sublime de nombreuses préparations culinaires dans ses régions productrices.

La truffe de Bourgogne

Si elle porte fièrement le surnom de “diamant noir”, la truffe de Bourgogne ou truffe de Champagne naît dans les terres de la Côte d’Or jusqu’aux Ardennes et n’est autre que l’espèce de truffe la plus répandue en Europe.  Elle entre en maturité de mi-septembre à fin janvier, le moment idéal pour la récolter - ou caver - pour profiter de ses arômes subtils de fruits secs. En cuisine, elle accompagne allègrement les purées, les omelettes ou encore les viandes blanches. Elle entre en symbiose avec les chênes, noisetiers, pins, hêtres et charmes et s'accommode aux climats tempérés tant que le sol est calcaire.

 

Vous l’aurez compris, la truffe est un champignon complexe et convoité qui déchaîne les passions depuis des milliers d’années. A travers ses créations truffées, la maison Fauchon entend mettre à l’honneur ce produit d’exception au sein d’alliances raffinées et savoureuses.

← Comment est fabriquée la moutarde ? Quel accompagnement avec le foie gras ? →