Quelles sont les origines du macaron ?

Véritable monument de la pâtisserie française, le macaron est aujourd’hui ancré dans la culture gastronomique du pays et se fait l’emblème du raffinement et du savoir-faire de nos artisans.

Mais avant d’être ce qu’il est aujourd’hui, tant dans sa forme que dans sa renommée, le macaron est passé par bien des étapes. Nous vous proposons un voyage dans le temps pour comprendre l’origine du macaron et en apprendre davantage sur l’histoire de cette gourmandise d’exception.

Les racines médiévales du macaron

Comme beaucoup d’autres pâtisseries à base d’amande, le macaron puise ses origines au Moyen-Orient où l’on estime qu’il était consommé au Moyen-Âge avant d’être découvert par les premiers navigateurs européens.

S’il est difficile de retracer son histoire avec certitude, c’est qu’à cette époque, le mot “macaron” désignait également un potage. Le doute plane alors sur lequel du gâteau ou du potage est mentionné dans les écrits historiques. Ce que l’on sait, c’est qu’il ne ressemblait pas encore au macaron que l’on déguste aujourd’hui : au Moyen-Âge, le macaron n’avait pas la structure gâteau - coeur de ganache - gâteau, mais se présentait simplement sous la forme d’une petite coque ronde, croquant et fondant à la fois.

Au fil de l’Histoire, devant le succès exponentiel du macaron, nombre de territoires ont revendiqué sa création, sans que l’on puisse réellement déterminer lequel d’entre eux dit vrai.

Coffret de 7 macarons cœur
Coffret de 7 macarons cœur
21,00 €
Réglette 5 macarons roses
Réglette 5 macarons roses
12,50 €
Réglette 5 macarons batucao
Réglette 5 macarons batucao
12,00 €
Coffret 32 macarons - Boite FAUCHON
Coffret 32 macarons - Boite FAUCHON
69,00 €
Coffret 16 macarons - Boite FAUCHON
Coffret 16 macarons - Boite FAUCHON
37,00 €
Coffret 16 macarons - Boite Mac
Coffret 16 macarons - Boite Mac
37,00 €

La France et le macaron : le début d’une grande histoire d’amour

Fort heureusement, l’histoire du macaron devient plus claire pendant la Renaissance, dès lors que Catherine de Médicis, venue d’Italie pour épouser Henri II, ramène ce petit gâteau avec elle en France. A l’époque, le petit gâteau rond se fait encore appeler “maccherone” ou macaroni. Progressivement, le macaron se fait un nom et se développe à travers le territoire où villes et régions se l’approprient.

Au fil des siècles, on entend alors parler du Macaron d’Amiens, spécialité picarde confectionnée à partir d’amandes, de sucre, de miel et de blanc d’œuf ; du Macaron de Joyeuse, spécialité d’Ardèche, plus friable et moins dense que son homonyme du Nord ; on en trouve également au Pays Basque, à Saint-Emilion, à Nancy et Montmorillon, pour ne citer que ceux-ci. Les macarons pouvaient même se targuer d’avoir l’étoffe d’un mets royal puisqu’ils furent longtemps servis par les officiers de bouche - domestiques chargés de la nourriture du roi - à Versailles.

Le macaron dans la littérature

On retrouve mention du macaron dans la littérature sous la plume de Rabelais au XVIe siècle qui décrit une “petite pâtisserie ronde aux amandes”, puis sous celle d’Alexandre Dumas dans son Grand dictionnaire de cuisine publié en 1873. On peut notamment y trouver les recettes suivantes :

“Macarons d'amandes amères.

Prenez 500 grammes d'amandes amères que vous moudrez et ferez sécher à l'étuve, puis vous les pilerez avec trois blancs d'œufs, afin qu'elles ne tournent pas à l'huile, vous les mettez dans une terrine avec 1 kilo 500 gr. de sucre en poudre ; dressez vos macarons comme il est indiqué ci-dessus et mettez-les au four à un feu très modéré.

Macarons d'amandes douces.

Vous émondez et faites sécher 500 gr. d'amandes douces, comme il est indiqué précédemment, vous les pilez de même et suivez exactement les mêmes procédés, en y ajoutant seulement une râpure de citron que vous mêlez avec le sucre et l'amande, vous dressez et faites cuire de même.

Macarons soufflés aux noix vertes.

Vous épluchez et coupez par filets 500 gr. de noix vertes que vous mêlez avec 75 gr. de sucre et un peu de blanc d'œuf que vous faites sécher au four.

Laissez-les refroidir ; préparez la glace avec deux blancs d'œufs et 1 kilo de sucre très fin ; joignez-y les noix vertes et terminez l'opération comme de coutume.”

Le macaron de Paris : une institution séculaire

Pour retracer les origines du macaron tel qu’on le connaît aujourd’hui, il faut attendre le milieu du XIXe siècle, moment où les pâtissiers franciliens ont l’idée d’assembler deux moitiés de la coque du macaron ensemble avec un cœur onctueux, la fameuse ganache. Celui-ci peut être constitué de confiture, de crème au beurre ou encore de compote, et ouvre la porte à de toutes nouvelles recettes.

C’est ainsi que l’on voit naître le “Macaron Parisien”, symbole du raffinement à la française et terrain d’expérimentation de la cuisine moderne. Après s'être popularisé dans ses parfums traditionnels de chocolat, vanille, café, pistache, praliné ou citron, le macaron se permet aujourd’hui bien des fantaisies pour le plus grand plaisir des gourmets : cassis-violette, pistache-framboise-fruits rouges, fruit de la passion, fraise-yuzu, marron-mûre…

Découvrez le macaron sous son plus beau jour à travers le savoir-faire reconnu de la maison Fauchon.

← Qu'est ce qu'un vin de garde ? Des confitures originales pour sublimer vos tartines →