Qu’est-ce qu’un vin de garde ?

Vous l’avez sans doute déjà entendue au détour d’une conversation entre amateurs de vin, mais savez-vous ce qui se cache derrière l’expression “vin de garde” ? Si vous envisagez de vous constituer une cave à vins ou d’enrichir celle que vous possédez déjà, poursuivez votre lecture pour découvrir explications et conseils sur le sujet du vin de garde.

Vin de garde : définition

Un vin de garde est un vin qui gagne à être conservé longtemps avant d’être consommé. Si seuls quelques vins peuvent se parer de ce titre, c’est parce que tous les vins ne se bonifient pas avec le temps. Certains révèlent le meilleur de leurs arômes après une décennie en cave, tandis que d’autres perdent leurs qualités gustatives au bout de quelques mois.

Si la conservation du vin est une science infiniment complexe dont la maîtrise est réservée aux fins connaisseurs, quelques critères peuvent permettre aux oenophiles débutants et aux simples curieux d’estimer si oui ou non la bouteille qu’ils ont entre les mains a un bon potentiel de garde.

Château de la Grille Rouge 2014
Château de la Grille Rouge 2014
34,00 €
Maury Mas Amiel 2016
Maury Mas Amiel 2016
23,00 €

Comment reconnaître un vin de garde ?

Pour savoir si vous avez affaire à un vin de garde, prêtez attention aux éléments suivants :

  • Le taux de tanins (pour les vins rouges) : plus un vin est tannique, mieux il vieillira. Certains cépages offrent des raisins aux tanins plus puissants que d’autres, comme le cabernet sauvignon, la syrah, le malbec et le tannat.
  • L’acidité : un vin acide aura généralement un meilleur potentiel de garde. Même s’il semble trop acide au départ, gardez à l’esprit que celle-ci s’estompera naturellement avec l’âge.
  • La puissance des arômes : un vin intense, riche en arômes avec une chair marquée aura tendance à gagner en complexité et en profondeur au fil des années, à la différence d’un vin plus limpide qui risquerait de s’épuiser rapidement.
  • Quant aux vins blancs, qui ne contiennent pas de tanins, c’est le sucre, l’acidité et la profondeur aromatique qui en feront de bons vins de garde.

En somme, un vin riche en composés phénoliques (anthocyanes, tanins, acides phénoliques…) aura davantage tendance à s'anoblir avec les années.


Les autres facteurs qui influencent le vieillissement du vin

A l’évidence, ces trois facteurs ne sont pas seuls à entrer en ligne de compte pour déterminer si un vin a un bon potentiel de garde ou non. Il vous faudra également avoir l’oeil sur :

  • Son millésime et son terroir : les vins issus de raisins récoltés pendant une année aux conditions climatiques optimales et dans un terroir prestigieux peuvent être de meilleurs vins de garde. Toutefois, certains “mauvais” millésimes peuvent révéler tout leur éclat après quelques années en cave… C’est aussi ce qui fait la magie du vin.

  • Sa technique de vinification : le savoir-faire du vigneron est l’un des principaux facteurs d’influence pour la maturation du vin. Les vins issus de raisins récoltés à parfaite maturité, travaillés avec une méthode de vinification traditionnelle et passés en barrique ont de meilleures chances de se bonifier en vieillissant. Certes, ce paramètre est souvent l’inconnu de l’équation, et il vous faudra compter sur les dires de votre caviste pour trouver la perle rare.

  • Ses conditions de conservation : un vin réputé “de garde” peut se voir fortement altéré s’il ne contient pas assez de composés conservateurs, de même si la bouteille est fermée avec un bouchon abîmé ou de mauvaise qualité et si la cave dans laquelle il est entreposé subit de fortes variations d’humidité et de température.

La courbe d’évolution du vin

Comme un être vivant, le vin évolue au fil du temps. Chaque cuvée a sa propre courbe d’évolution, et son apogée apparaît plus ou moins longtemps après sa mise en bouteille. Outre les différences de durée de chaque phase d’évolution du vin, on peut schématiser ce cheminement en 4 étapes :

  • La jeunesse, durant laquelle l’acidité et les tannins sont proéminents, conférant au vin un goût fruité et fleuri.
  • La maturation, période où le vin s’améliore progressivement jusqu'à son apogée.
  • L’apogée, comme son nom l’indique, est la période idéale pour consommer le vin. La phase de maturation a porté le vin à son sommet, ses arômes sont prêts à révéler toute leur richesse.
  • Le déclin : passé cet âge d’or, le vin perd peu à peu ses qualités, sa structure se détériore et ses tanins perdent en puissance.

Quelles régions produisent les meilleurs vins de garde ?

Vous l’aurez compris, le potentiel de garde d’un vin repose sur un ensemble de facteurs plus ou moins faciles à déterminer, et il est peu pertinent de se reposer uniquement sur l’un d’entre eux pour composer sa cave. Il n’en reste pas moins que certaines régions sont connues pour produire des vins qui se prêtent particulièrement à la garde.

C’est notamment le cas des grands crus de la région bordelaise, avec le cabernet franc et le cabernet sauvignon, de la Loire, avec les vins de Saumur ou de Chinon et le chenin, du sud de la France, avec le Banyuls, les blancs de Corbières, le tannat ou le madiran, de la Bourgogne avec le chardonnay et le pinot noir, ou encore de l’Aslace avec le riesling, pour ne donner que ces exemples.

Gardez toutefois à l’esprit qu’en matière de vins, le plaisir prime. Le meilleur moyen de développer une acuité naturelle pour bien choisir ses vins de garde est de suivre son instinct et ses envies, quitte à se tromper quelques fois. En adoptant cette posture, vous ouvrez certes la voie à quelques déceptions, mais avant tout à de belles surprises qui ne feront qu’enrichir vos connaissances oenologiques.

← Comment bien choisir son miel ? Les origines du macaron : histoire d’une pâtisserie d’exception →